Suivre un atelier participatif

En complément de la visite accompagnée du lieu de mémoire (maison et exposition permanente), les élèves de primaire, collège et lycée peuvent approfondir leur visite lors d’un atelier participatif.

En atelier, les élèves, répartis en petits groupes, sont amenés à construire leur savoir à partir des archives, d’extraits vidéos (fictions cinématographiques, témoignages), de supports artistiques (musique, poésie, peinture…) et des échanges qu’ils vont avoir entre eux et avec l’animateur. À la fin de l’atelier, un temps de restitution et de discussion est généralement prévu. En fonction du thème choisi, les élèves peuvent repartir avec leurs productions (cartes retraçant des parcours, affiches, exposition numérique…).

Durée : 2h

Certains ateliers supposent des prérequis de la part des élèves. De même, certains ateliers sont plus exigeants que d’autres. Afin que la majorité des élèves tirent le meilleur parti des ateliers, n’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements.
Une permanence téléphonique est assurée tous les lundis, mardis et mercredis de 16h à 17h (sauf durant les vacances d’été).

+33(0)4 79 87 21 05 (choix n°4)

 

Tous les ateliers utilisent les ressources du lieu, des documents d’archives et différents supports audiovisuels, iconographiques, littéraires.

Les intervenants ont à cœur d’être attentifs à l’actualité historique et à proposer régulièrement de nouveaux documents dans les ateliers.

Sur demande et réservation préalable, certains ateliers peuvent être proposés en anglais et en italien.

 

Différents thèmes, historiques ou civiques, sont proposés :

CM1, CM2, 6e

1. Vie quotidienne à la colonie d’Izieu

+

Après une visite de la Maison, les élèves sont amenés à réfléchir à partir des photographies prises à l’époque de la colonie et évoquant la vie quotidienne. Puis ils recherchent sur le site le lieu où les photos ont été prises afin de comparer les paysages d’hier et d’aujourd’hui. Enfin, il leur est proposé d’élaborer leur propre souvenir de leur journée à Izieu.

2. Parcours des familles

+

À l’aide de documents de l’exposition permanente et des archives de la Maison d’Izieu, les élèves étudient le parcours de plusieurs enfants de la colonie ainsi que de leur famille avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Ils élaborent par petits groupes une carte qui leur permet de retracer le parcours des enfants et de leur famille, et qu’ils rapporteront à l’école.

3. Discriminations et droits de l’enfant

+

Après avoir visité la maison, les élèves réfléchissent à la notion de discrimination à partir de l’exemple des enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils identifient les droits fondamentaux de l’enfant et discutent de leur mise en œuvre dans le monde d’aujourd’hui.

De la 5e à la 3e

4. Aide et sauvetage

+

Les élèves étudient des exemples d’engagement en faveur des populations juives persécutées en France entre 1940 et 1944, en découvrant la diversité des formes d’aide et particulièrement dans le cas de la colonie d’Izieu.

5. Les formes de l’engagement : résister, juger, faire mémoire

+

À partir d’exemples liés à l’histoire de la colonie puis à celle du mémorial, les élèves sont amenés à réfléchir aux différentes formes d’engagement prises en faveur des enfants d’Izieu et de leurs éducateurs pendant la Seconde Guerre mondiale, puis pour leur rendre justice et enfin pour perpétuer leur mémoire.

6. Stéréotypes, préjugés et discriminations

+

Après une définition des termes, les élèves sont amenés à choisir parmi un large corpus faisant référence à des situations présentes et passées (sexisme, racisme, antisémitisme, homophobie…) les documents qui les interpellent. Ils les analysent puis les présentent à leurs camarades pour nourrir le débat.

À partir de la 3e

7. Comment s’écrit l’histoire des enfants d’Izieu ?

+

Après enquête sur les documents d’archives de la Maison, chaque groupe d’élèves cartographie le parcours d’un enfant d’Izieu afin de prendre conscience de la complexité des situations pour les familles juives depuis les années 1920 jusqu’après la guerre.

8. Parcours des familles

+

Cet atelier totalement remanié emmène les élèves dans une démarche thématique qui permet de comprendre la diversité (religieuse, socio-économique, origines géographiques, etc.) des populations juives d’Europe et de leurs destins, avant, pendant et après la guerre.

9. Politique antisémite du gouvernement de Vichy et collaboration à la “solution finale”

+

À l’aide de documents de l’exposition et des archives de la Maison d’Izieu, les élèves découvrent les divers aspects de la politique antisémite et mettent en évidence les différentes étapes de la collaboration d’Etat.

10. Du racisme à la “solution finale”, Allemagne nazie et Europe occupée (1933-1945)

+

Les élèves identifient les mécanismes du processus menant à l’extermination des Juifs d’Europe : racines idéologiques, propagande et éducation nazie, politique d’exclusion, “solution finale”.

11. Système concentrationnaire nazi (1933-1945)

+

À partir de documents d’archives et de témoignages, les élèves appréhendent l’organisation des différents camps mis en place par les nazis en Europe (ghettos, camps de concentration, centres de mise à mort).

12. Shoah et cinéma

+

À partir de la projection d’extraits choisis, il s’agit de comparer les points de vue des réalisateurs et le message qu’ils veulent faire passer. De nouveaux extraits permettent de renouveler et d’enrichir l’approche chaque année.

Les thématiques abordées lors de cet atelier (les étapes du processus, la construction de la mémoire, la représentation de l’extermination) varieront en fonction de l’âge des élèves et des programmes scolaires.

13. Art et Shoah

+

À partir de poèmes, dessins, tableaux et œuvres musicales créés pendant et après la Shoah, les élèves réfléchissent au contexte de production et au message transmis par les artistes. Ils créent ensuite leur propre exposition.

14. Crimes de masse et justice internationale

+

À travers le regard du juriste et de l’historien, les élèves réfléchissent à l’émergence d’une justice internationale depuis Nuremberg jusqu’à la création de la CPI en s’appuyant sur différents crimes de masse (Shoah, Ex-Yougoslavie, Cambodge, Rwanda, Afrique du Sud, Amérique latine) et la façon dont ils ont été jugés.

15. Préparation au Concours National de la Résistance et de la Déportation

+

Il est possible de préparer le CNRD à la Maison d’Izieu en réservant l’atelier dédié.

1940 – Entrer en résistance. Comprendre, refuser, résister.

Le ministère de l’Éducation nationale a décidé que le thème de la session 2019-2020 serait prolongé en 2020-2021.

en savoir +

Circuit sur les traces de… à partir de la 3e

16. La famille Kaufman, une famille juive dans la guerre

+

En étudiant le parcours de la famille d’Henri Kaufman, un enfant de la colonie, les élèves s’approprient le contenu de l’exposition pour appréhender les différentes phases de la politique antisémite du gouvernement de Vichy, de la mise en place de l’antisémitisme d’État, de la collaboration à la “solution finale”.

La visite participative comprend une visite d’une heure de la maison, une heure de recherche dans l’exposition, un travail d’écriture et une restitution orale commune de deux heures.

Durée : 4 heures

17. [NOUVEAU] La colonie dans son environnement

+

Le matin, les élèves découvrent la maison et le village d’Izieu par l’observation, le questionnement et le partage de lectures à voix haute. L’après-midi, ils approfondissent l’histoire et la mémoire de la colonie à partir de divers documents (plaques mémorielles, témoignages, photographies…) avant de créer leur souvenir de la journée (textes, dessins…).

Durée : 4h30

À partir de la Seconde

18. [NOUVEL ATELIER] Les enjeux du témoignage à travers le destin de Paul Niedermann

+

À partir des témoignages de Paul Niedermann, ancien enfant accueilli à la colonie, survivant de la Shoah et partie civile lors du procès de K. Barbie, cet atelier permet de recréer le parcours d’une famille juive allemande et de s’interroger sur le rôle du témoin , du juge et de l’historien.

19. Antijudaïsme, antisémitisme, antisionisme et négationnisme

+

Une approche de la longue durée pour découvrir les différentes formes prises par la haine des Juifs dans l’Histoire et montrer le fonctionnement et la permanence des stéréotypes antisémites. Cet atelier donne des clés pour tenter de comprendre la résurgence actuelle et la nature irrationnelle des comportements antisémites et négationnistes.

20. Pourquoi et comment juger les criminels après la guerre

+

À l’aide de documents d’archives présentant différents procès internationaux (Nuremberg) ou nationaux (Allemagne, France, Pologne, Jérusalem), les élèves construisent un raisonnement sur la spécificité de la Shoah dans l’Histoire, l’importance de juger les criminels nazis et le rôle des procès dans la construction des mémoires.

21. Klaus Barbie, les procès et la rafle d’Izieu dans la construction de la mémoire de la Shoah en France

+

À l’aide de documents d’archives, on étudie le long cheminement judiciaire et le rôle des militants de la mémoire qui ont abouti à faire entrer l’histoire des enfants d’Izieu dans la mémoire nationale.

Rencontrer des artistes

Arts plastiques : Roman Kroke accompagne la création d’objets de mémoire

+

Public visé : collégiens, lycéens.

L’ « artiste interdisciplinaire » allemand Roman Kroke accompagne les élèves dans leurs démarches créatives, leur permettant de tisser un rapport sensible et personnel à la Maison d’Izieu.

Coût pour une journée d’intervention au mémorial : 1600 € dont 800 € à la charge de l’établissement.

Site web de l’artiste

Théâtre : Dominique Lurcel présente “Les Rouquins” de Jean-Claude Grumberg avec la Compagnie Passeurs de mémoire

+

 

Public visé : Collégiens et lycéens.

En vingt minutes d’une « tranche de vie » terrible dans sa quotidienneté, Jean-Claude Grumberg donne à voir l’essentiel de notre rapport à l’Autre, le « pas comme moi » (Primo Levi), ainsi que les mécanismes sournois de l’élaboration des préjugés et de l’exclusion, voire de l’élimination progressive d’un groupe d’individus.

La représentation est immédiatement suivie d’un débat en présence des comédiens de la Compagnie Passeurs de mémoire. L’expérience montre qu’il faut compter deux heures pour l’ensemble, la pièce étant une formidable « machine à débattre ».

Site web de la compagnie

Coût : 600 € HT (à partir de la deuxième représentation : 500 € HT (TVA 5,5%)

Deux représentations possibles dans la même journée.

Cinéma : Frederika Smetana présente son film, “Denise et Marco”

+

Public visé : lycéens

Auteure, comédienne et metteuse en scène de théâtre, Frederika Smetana propose un débat suite à la projection de son film racontant l’histoire de son grand-père juif polonais devenu résistant en France. (34 minutes)

Site WEB de la compagnie

Tarifs :

180€ pour un groupe de 16 à 30 élèves maximum + 150€ de frais de déplacement
360€ pour un groupe de 31 à 60 élèves maximum + 150€ de frais de déplacement

En savoir plus

TARIFS ET RÉSERVATIONS POUR LES GROUPES SCOLAIRES

enseignants
Soutenez le travail pédagogique du mémorial
Page suivante
Parcours intermusées