L’engagement de Sabine Zlatin et la mémoire locale

Quelques semaines après la rafle du 6 avril 1944 Sabine Zlatin revient à Izieu et découvre la maison mise à sac. Elle sauvegarde des lettres et dessins des enfants, ainsi que d’autres documents, qui constituent aujourd’hui les archives de la colonie. C’est un premier acte de mémoire et d’histoire.

En juillet 1945, elle écrit au préfet de l’Ain pour demander l’autorisation d’apposer une plaque sur la maison en souvenir des enfants.

Le 7 avril 1946, une importante cérémonie est organisée avec le soutien des populations et des autorités locales. Une foule nombreuse se réunit pour l’occasion ; un hommage solennel est rendu aux victimes de la rafle. Un monument est érigé à Brégnier-Cordon, village voisin d’Izieu. Une plaque, sur laquelle sont gravés les noms des enfants et des adultes arrêtés, est apposée sur la maison qui accueillit la colonie.

Cette première cérémonie inscrit le souvenir de la rafle dans les lieux, mais aussi dans le temps. Dès lors, autour de Sabine Zlatin, de Léon Reifman et de plusieurs membres des familles des enfants d’Izieu, les populations et autorités locales commémorent régulièrement la rafle du 6 avril 1944.

Enfants déposant des gerbes devant la maison d’Izieu lors de la cérémonie d’inauguration de la plaque le 7 avril 1946
©Maison d’Izieu
Cérémonie du 7 avril 1946 à Izieu, ©Maison d’Izieu – Coll. succession Sabine Zlatin
Aidez-nous à faire vivre le mémorial
Soutenez la Maison d’Izieu
Page suivante
De la traque au procès de K. Barbie