L’exposition 7 avril 1946 en tournée

Dates programmées

  • Du 2 au 30 novembre 2021 : exposition visible en plein air à Groslée-Saint-Benoit (01).
    Emplacement : route de Brégnier à coté de l’ancienne gare du tram.
  • Du 3 novembre au 1er décembre : exposition visible en plein air à Artemare (01).

 

Accueillez l’exposition itinérante en 2021-2022

La Maison d’Izieu a produit pour la première fois une exposition sur la journée du souvenir du 7 avril 1946. Cette exposition est le résultat de deux années de recherches menées au sein du Centre de documentation et de recherche du mémorial et avec l’aide de nombreuses institutions partenaires, des élus, des communes du département de l’Ain et des habitants du territoire. Après quelques mois passés à la Maison d’Izieu, l’exposition, conçue pour être itinérante, est mise à disposition d’établissements scolaires, de communes, de bibliothèques durant l’année 2021-2022. Les réservations sont ouvertes.

Le 7 avril 1946, à l’initiative de Sabine Zlatin, ancienne directrice de la « Colonie des enfants réfugiés de l’Hérault », la première cérémonie en mémoire des 44 enfants et des 7 adultes raflés et déportés le 6 avril 1944 eut lieu à Izieu et Brégnier-Cordon. Plus de 3000 personnes étaient présentes ce jour-là. L’évènement a bénéficié d’une large couverture médiatique au plan national comme local dans la presse écrite, la radio et les actualités filmées.

En 2021, 75 ans après, la Maison d’Izieu rend hommage à toutes les personnes mobilisées lors de cette première journée du souvenir et révèle les trésors retrouvés alors que la collecte de documents se poursuit.

La cérémonie a réuni de nombreuses personnalités. Les discours ont été tenus par : Laurent Casanova, ministre des Anciens Combattants et Victimes de guerre du gouvernement de Félix Gouin, le révérend Père Pierre Chaillet, président du Comité des œuvres sociales de la Résistance, Gaston Lavoille, directeur du collège moderne de Belley où étaient scolarisés 4 adolescents de la Colonie.

De nombreux élus des communes du Bugey, les maires d’Izieu et de Brégnier-Cordon, un détachement du 1er Régiment de Tirailleurs Marocains de Bourg-en-Bresse, les familles des victimes, de nombreux habitants du département de l’Ain, des communes savoyardes et dauphinoises proches étaient présents. Une souscription publique fut lancée par le Comité du monument rassemblant de nombreux élus locaux afin de financer la plaque apposée sur la maison et la stèle érigée à Brégnier-Cordon. Un formidable élan populaire, dans le contexte difficile de l’après-guerre, s’est emparé de ce territoire créant ainsi la première mémoire de la rafle du 6 avril 1944.

 

PRÉSENTATION PDF

Voir les informations techniques

FAIRE UNE DEMANDE DE RÉSERVATION