Visite et rencontre de Bernadette Byk

BERNADETTE BYK - Devant Maison

titre-lettre

Octobre – novembre 2015

Visite et rencontre de Bernadette Byk

Nous avons eu le grand plaisir d’accueillir dimanche 11 octobre Bernadette Byk, ancienne enfant cachée qui passa par la colonie d’Izieu au mois de mai 1943 alors qu’elle n’avait que sept ans.

 

Par la suite, elle fut cachée par différentes structures dans le sud de la France, à l’initiative du « Réseau Marcel », créé par Moussa Abadi et Odette Rosenstock (épouse Abadi par la suite) investi dans le sauvetage d’enfants. Elle sera ainsi placée à Nice puis à Grasse où elle restera jusqu’à ce que ses parents la retrouvent, une fois la guerre finie. De ces longs mois de déplacements dans différents abris, elle se souvient et témoigne :

 

« La directrice et le curé savaient [Ndlr : home d’enfants à Grasse], mais personne d’autre, je ne pense pas. Je ne savais pas qu’il y avait d’autres enfants juifs. Je n’ai jamais été convoquée avec les autres enfants, on ne m’a jamais dit qu’il y en avait d’autres. Ils ne nous le disaient pas pour ne pas qu’on dise de bêtises. Parce que parfois les enfants parlent, pas méchamment, mais ça a des conséquences. »

 

Elle était arrivée à Izieu avec d’autres enfants, depuis la maison Campestre près de Lodève dans l’Hérault. De ces enfants, qui furent les premiers à peupler la colonie de Sabine et Miron Zlatin, beaucoup étaient encore présents le 6 avril 1944.

 

Ce dimanche fut son premier retour à la Maison depuis ce mois de mai, il y a soixante-douze ans.

 

« [D’Izieu] je n’ai aucun souvenir, à part l’accent des femmes qui s’occupaient de nous car c’était le même que celui de mes parents à la maison, je ne me souviens de rien. Je me souviens des choses d’avant la guerre, d’après la guerre, mais d’Izieu non. »

 

Cela n’empêcha en rien cette rencontre d’être émouvante et empreinte d’une grande bienveillance à l’égard du lieu et de son sens, passé comme présent. Le lien est créé. Rendez-vous est pris pour se rencontrer à nouveau, dans l’idéal en compagnie d’autres anciens enfants d’Izieu, pour continuer à construire la mémoire et entretenir les liens.