En bref

Print Friendly
Colonie d’Izieu, été 1943 (© Maison d’Izieu / Coll. succession Sabine Zlatin)
Parcours des enfants d’Izieu et de leurs familles (© B. Dressler)

En bref

L’histoire des enfants d’Izieu est une histoire européenne.

Les familles de ces enfants juifs sont d’origines diverses : allemande, polonaise, autrichienne, belge ou encore française, de métropole ou d’Algérie.
Beaucoup ont traversé l’Europe à différentes époques, fuyant les pogroms et les actes antisémites ou la misère, espérant trouver refuge en France.

En septembre et octobre 1940, le régime de Vichy édicte les premières lois antisémites.
Ces familles se trouvent prises au piège de l’Europe en guerre et des politiques antisémites. Persécutées, pourchassées, arrêtées, internées en France, 76 000 personnes juives, dont 11 400 enfants, seront livrées aux autorités allemandes, puis déportées et assassinées.
Des œuvres de secours organisent des réseaux de sauvetage et tentent de soustraire les enfants à ces persécutions.

 

En mai 1943, Sabine et Miron Zlatin, en lien avec l’Œuvre de Secours aux Enfants (OSE), installent une quinzaine d’enfants à Izieu, alors en zone d’occupation italienne, ce qui les met temporairement à l’abri des poursuites antisémites.

Jusqu’en janvier 1944, date de la dernière liste du registre des présences tenu par Miron Zlatin, 105 enfants, juifs pour la plupart, ont séjourné à la colonie d’Izieu.
Celle-ci est souvent un lieu de passage dans un réseau de sauvetage plus vaste, composé d’autres maisons, de familles d’accueil ou de filières de passage en Suisse.

 

Le 6 avril 1944, 45 enfants et 8 adultes, tous juifs à l’exception d’un garçon, René-Michel Wucher, se trouvent à la colonie. Sur ordre de Klaus Barbie, des hommes de la Gestapo et des soldats de la Wehrmacht viennent arrêter ce matin-là les personnes présentes. Un adulte, Léon Reifman, parvient à s’échapper et à se cacher au moment de la rafle. Le petit René-Michel Wucher est libéré lors d’un arrêt des camions à Brégnier-Cordon, village en contrebas d’Izieu.


Lors de la rafle de la colonie d’Izieu, 
44 enfants (âgés de 5 à 17 ans) et 7 adultes juifs sont arrêtés puis déportés.
Miron Zlatin et 2 adolescents sont fusillés à Reval (aujourd’hui Tallin) en Estonie.
42 enfants et 5 adultes sont assassinés à Auschwitz-Birkenau. Léa Feldblum, éducatrice, est la seule survivante.