Déportation, extermination

Mot de Miron Zlatin adressé à Sabine, camp de Drancy (BnF)
Lettre de Suzanne Reifman à Sabine Zlatin, 13 avril 1944 (Bnf)
Retour de Léa Feldblum (Maison d’Izieu, succession S. Zlatin)

Déportation, extermination

 

Lyon – Prison Montluc

 

Les 44 enfants et 7 adultes arrêtés à la colonie d’Izieu sont emprisonnés du 6 au 7 avril 1944 à la prison Montluc à Lyon.

Au procès Barbie en 1987, Léa Feldblum, monitrice, seule rescapée, témoigne : « Les enfants, on les a mis par terre et nous, les grandes personnes, avec les mains attachées en haut sur le mur. » Elle précise que les adultes et les plus grands ont été interrogés, mais pas les enfants.

Le 7 avril, tous sont dirigés en tramway vers la gare de Lyon-Perrache et envoyés dans un train civil au camp de Drancy.

Léa Feldblum est dans un compartiment avec les plus petits. Elle voit passer sur le quai les adolescents Théo Reis et Arnold Hirsch menottés.

 

 

Camp de Drancy

 

Enfants et adultes entrent au camp de Drancy le 8 avril 1944.Enregistrés dans le carnet des entrées du camp, ils portent les numéros 19185 à 19235.

Léa Feldblum, munie de faux papiers au nom de Marie-Louise Decoste, révèle son identité juive. Elle veut rester auprès des enfants.

Tous sont déportés par différents convois entre avril et juin 1944.

 

 

Auschwitz

 

Le 13 avril 1944, 34 des enfants d’Izieu et 4 des éducateurs sont déportés de Drancy vers Auschwitz-Birkenau par le convoi n° 71.

Après trois jours d’un trajet aux conditions inhumaines, ils arrivent sur la Judenrampe, où l’on procède à la « sélection ». Les enfants sont dirigés vers les chambres à gaz, ainsi que les époux Eva et Moïse Reifman. Leur fille Suzanne Reifman et Léa Feldblum sont dirigées vers les kommandos de travail. Alors qu’elle entend pleurer son fils Claude, Suzanne décide de le rejoindre dans l’autre file.

Léa Feldblum entre au camp d’Auschwitz-Birkenau. Elle porte sur l’avant-bras le matricule 78620 et sert de « cobaye » aux médecins nazis pour des expérimentations médicales.

Elle est en vie lorsque le camp est libéré en janvier 1945.

 

Les 8 autres enfants et 3 éducateurs d’Izieu sont déportés par les convois n° 72 du 29 avril, n° 74 du 20 mai, n° 75 du 30 mai et n° 76 du 30 juin 1944. Tous sont tous assassinés à Birkenau dès leur arrivée.

 

 

Reval (aujourd’hui Tallin)

 

Miron Zlatin et les deux adolescents, Théo Reis et Arnold Hirsch, sont déportés en Estonie par le convoi n°73. Parti de Drancy le 15 mai 1944, ce convoi est composé uniquement d’hommes en âge et en force de travailler.

Ils sont fusillés par les SS dans la forteresse de Tallin au cours de l’été 1944.