Chronologie

Acte de naturalisation de Sabine et Miron Zlatin (© Bibliothèque nationale de France)
Sabine Zlatin dans sa tenue d'infirmière de la Croix-Rouge (© Maison d’Izieu / Coll. succession Sabine Zlatin)
Carte de la Croix-Rouge (© Maison d’Izieu / Coll. succession Sabine Zlatin)
Nomination de Sabine Zlatin à la colonie d’Izieu, juin 1943 (© Bibliothèque nationale de France)
Maison de la colonie d’Izieu (© Maison d’Izieu / Coll. succession Sabine Zlatin)
Emplacement d’Izieu

Chronologie

Les dates qui concernent directement l’histoire de la colonie d’Izieu sont indiquées en rouge.

 

En France, sous la Troisième République, le 12 novembre 1938, un décret institue l’internement des « étrangers indésirables » dans des « centres spécialisés ».

Cette mesure administrative vise non des auteurs de délits ou de crimes, mais des personnes suspectées de porter atteinte à l’ordre public et à la sécurité nationale du seul fait de leur présence sur le sol français. En 1938, elle vise principalement les centaines de milliers de réfugiés espagnols.

Pendant la période de l’occupation, les camps d’internement seront utilisés par le gouvernement de Vichy pour mettre en œuvre sa politique d’exclusion.

 

26 juillet 1939

Sabine et Miron Zlatin, arrivés de Pologne et de Russie en France dans le courant des années 1920, sont naturalisés français.

 

3 septembre 1939

À la suite de l’invasion de la Pologne, la France déclare la guerre à l’Allemagne.

 

22 juin 1940

Signature de l’armistice entre la France et l’Allemagne nazie.

 

27 septembre 1940

Ordonnance allemande pour le recensement des Juifs en zone occupée.

 

3-4 octobre 1940

Vichy promulgue les premières lois contre les Juifs, ainsi que des mesures arbitraires d’internement à leur encontre.

 

22-23 octobre 1940

Expulsion et déportation vers la France des Juifs de Sarre, de Bade et du Palatinat.

 

24 octobre 1940

• Arrivée au camp de Gurs des 6 538 Juifs allemands, hommes, femmes et enfants, de Sarre, de Bade et du Palatinat. Parmi eux, certains des enfants qui seront accueillis à la colonie d’Izieu et leurs familles.

• Entrevue de Montoire, poignée de main entre Pétain et Hitler.

 

Fin mai 1941

Sabine et Miron Zlatin sont installés depuis 1940 à Montpellier. Congédiée de la Croix-Rouge et de l’hôpital militaire de Lauwe, où elle était infirmière, en raison des lois antisémites de Vichy, Sabine Zlatin propose ses services à la préfecture de l’Hérault pour travailler dans les camps d’internement. Elle devient alors assistante sociale de l’OSE et aide à libérer des enfants des camps d’Agde et de Rivesaltes.

 

Mars 1942

Sabine Zlatin prend la direction d’un home d’enfants à Palavas-les-Flots qui accueille les enfants juifs sortis des camps pour leur procurer les premiers soins avant de leur trouver un autre lieu d’hébergement.

 

Eté 1942

Sur l’ensemble du territoire, les autorités françaises procèdent à de grandes rafles visant des familles juives.

 

16-17 juillet 1942

Rafle du Vel’ d’Hiv à Paris, à la demande des autorités allemandes mais exécutée par la police française.

 

L’arrestation de milliers d’enfants a pour conséquences :

• leur transport dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande

• la décision des autorités françaises de livrer les enfants juifs de moins de 16 ans à l’Allemagne. Pour la première fois, le 14 août 1942, eux aussi sont déportés par les convois qui partent de Drancy pour Auschwitz.

 

26 août 1942

Grandes rafles de Juifs dans toute la zone non occupée, à l’initiative des autorités françaises.

 

11 novembre 1942

Les Allemands envahissent la zone non occupée, l’armée italienne occupe les départements français situés sur la rive gauche du Rhône.

 

Mars-avril 1943

Les époux Zlatin quittent Montpellier pour rejoindre la zone d’occupation italienne. Ils gagnent Chambéry avec une quinzaine d’enfants juifs.

 

Mai 1943

Avec l’aide du sous-préfet de Belley, Pierre-Marcel Wiltzer, Sabine et Miron Zlatin installent à Izieu, dans l’Ain, la « Colonie d’enfants réfugiés ».

Sabine reste basée à Montpellier pour mener ses activités de sauvetage et d’aide. Elle se rend périodiquement à la colonie d’Izieu. Miron Zlatin, présent au quotidien, gère l’intendance.

 

8 septembre 1943

L’Italie capitule. Les Allemands occupent l’ex-zone italienne.

 

18 octobre 1943

À la rentrée scolaire, Gabrielle Perrier (Tardy, de son nom d’épouse) est nommée institutrice à la « Colonie d’enfants réfugiés » d’Izieu.

 

7 janvier 1944

Le docteur Bendrihem, médecin juif installé à Brégnier-Cordon, qui soigne Sabine Zlatin, est arrêté par les autorités allemandes.

 

8 février 1944

La Gestapo perquisitionne les locaux de la 3e direction de l’UGIF à Chambéry, dont dépend financièrement la colonie d’Izieu.

 

Début avril 1944

Revenue à Izieu en mars, Sabine Zlatin retourne à Montpellier pour tenter de disperser la colonie et trouver des hébergements pour les enfants.

 

6 avril 1944

La Gestapo et l’armée allemande raflent les enfants et les adultes qui vivent à la colonie d’Izieu.

Sabine Zlatin, alors à Montpellier, est avertie de la rafle par un télégramme de Marie-Antoinette Cojean, secrétaire de la sous-préfecture de Belley.

 

13 avril-30 juin 1944

Conduits de Lyon au camp de Drancy, 42 enfants et 7 éducateurs d’Izieu sont déportés vers Auschwitz en plusieurs convois successifs. Tous sont assassinés dès leur arrivée au camp, à l’exception de l’éducatrice Léa Feldblum, seule survivante. Deux adolescents et le directeur de la colonie, Miron Zlatin, sont assassinés à Reval (aujourd’hui Tallin), en Estonie.