L’exposition permanente

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
ConstructionMemoire
Pourquoi des enfants juifs à Izieu ?

L’exposition permanente

 

Depuis le mois d’avril 2015, la grange et son extension proposent la nouvelle exposition permanente de la Maison d’Izieu, structurée en trois thèmes :

 

Thème 1 : Pourquoi des enfants juifs à Izieu ?

 

Arrivés pour la plupart en France dans l’entre-deux-guerres, les parents des enfants d’Izieu sont originaires de toute l’Europe et même d’Algérie. En octobre 1940, ces familles sont frappées par les lois antisémites du régime de Vichy. La politique d’exclusion qui en résulte conduit d’abord les familles étrangères dans les camps d’internement français. Puis, à l’été 1942, l’Allemagne nazie négocie avec la France leur déportation.

 

Six développements sont proposés pour répondre à la question posée par ce premier thème :

• Les lois antisémites de Vichy (1940-1941)

• Les camps d’internement français (1940-1942)

• Les rafles de l’été/automne 1942

• La colonie d’Izieu (1943-1944)

• Jeudi 6 avril 1944, la rafle d’Izieu

• La déportation et l’extermination des enfants juifs (en France et en Europe)

 

 

 

Thème 2 : De Nuremberg à La Haye

 

Après la guerre vient le temps de la justice, l’étape indispensable malgré ses insuffisances, pour établir les différents niveaux de responsabilité des criminels. Des crimes de masse avaient eu lieu avant la Seconde Guerre mondiale. D’autres ont été commis depuis et d’autres le sont encore de nos jours. Le XXème siècle est celui de la construction de la justice pour prévenir les crimes et lutter contre l’impunité.

Trois développements sont consacrés aux thèmes suivants :

• Juger après la guerre, le Tribunal militaire international de Nuremberg et de Tokyo

• Juger après la guerre devant des tribunaux nationaux

• Après 1945, les crimes contre l’humanité n’ont pas cessé

 

 

 

Thème 3 : La mémoire et sa construction

 

Depuis son inauguration le 24 avril 1994 et jusqu’à la fin des années 2000, le mémorial d’Izieu a été le premier et le seul lieu en France dédié à la mémoire de la déportation et de l’extermination des enfants juifs.

Partout, en France comme ailleurs en Europe, la construction de la mémoire suit des chemins plus ou moins longs et complexes, intimement liés aux contextes politiques nationaux.

Cette dernière partie de l’exposition invite le visiteur à découvrir et réfléchir aux mécanismes de construction de la mémoire :

• Du procès de Klaus Barbie à la création de l’association

• La construction de la mémoire d’Izieu

• La mémoire et ses lieux, au travers de quelques exemples en France, en Allemagne et en Italie

 

 

Les supports numériques dans l’exposition

 

Deux tables tactiles permettent de suivre les parcours des pensionnaires de la colonie d’Izieu, consulter leurs archives (photos, documents administratifs, extraits filmés d’interviews), suivre leurs parcours sur une carte d’Europe.

Une troisième table est une base de données sur les crimes contre l’humanité, consultable par séquences chronologiques ou par pays.

 

 

Médiation de l’exposition

 

Les médiateurs sont à la disposition des visiteurs pour les guider et proposer des parcours dans l’exposition.

 

En raison de la richesse de l’exposition permanente, un Pass est proposé au tarif de 15 €. Il offre un accès illimité à la Maison d’Izieu pendant 13 mois à partir de sa date d’achat et permet ainsi aux visiteurs de découvrir les contenus à leur rythme et au grè de leurs intérêts.

 

Pour plus d’informations sur les tarifs d’entrée au Mémorial, cliquez ici.